« Je suis plombier et j’aimerais travailler sur un bateau ? Est-ce qu’il y a des formations spécifiques pour le maritime que je dois faire ? »

Les métiers maritimes qu’il soit embarqués ou terrestres sont avant tout des métiers passion. À terre tout comme en mer, les compétences acquises préalablement doivent être identifiées afin de prendre appui sur celles qui peuvent permettre de faciliter la transition professionnelle. Selon le secteur et le métier choisi, la formation pourra être obligatoire ou complémentaire.

Pour les métiers embarqués, il faudra satisfaire aux conditions d’aptitude médicale et avoir acquis par le biais de la formation les certificats de sécurité. Pour quelques métiers, tels que cuisinier.ère, sous couvert d’aptitude médicale et d’obtention de la formation Certificat de Formation de Base à la Sécurité, les compétences terrestres seront transférées à bord. Pour d’autres, les compétences acquises préalablement « faciliteront » l’accès à l’emploi. C’est le cas par exemple d’Hugo qui, après avoir travaillé pendant plusieurs années en tant que croupier, souhaite devenir matelot de la marine marchande. Après avoir suivi et obtenu la formation « Certificat de Matelot Pont », il embarque pour quelques jours sur une vedette à passagers. Afin de mettre toutes les chances de son côté, il va prendre appui sur son savoir être (présentation, capacité relationnelle, esprit d’équipe…) et particulièrement sur son expérience de prise en charge de la clientèle. L’équipage et les client.e.s étant satisfaits, un poste de saisonnier lui est proposé. Actuellement il est en CDI dans cette même compagnie de transports à passagers.

À terre, une formation peut ouvrir l’accès à plusieurs secteurs puis grâce à l’expérience la spécialisation dans le domaine maritime devient possible. C’est le cas de plusieurs métiers de la navale : soudeur, tuyauteur, peintre, etc. Tout comme pour les métiers embarqués, il faut prendre appui sur ses compétences acquises. C’est ce qu’a fait Hubert, électricien du bâtiment souhaitant s’orienter vers le domaine du nautisme. Grâce à un ensemble d’outils pédagogiques nous l’avons accompagné dans un travail de réflexion sur son parcours, sur ses compétences, sur ses envies.  La rencontre avec des professionnels et un stage au sein d’un chantier lui ont permis de prendre conscience que ses compétences en électricité sont des atouts dans ce secteur. Son parcours d’électricien du bâtiment nécessitait d’être complété par une formation d’un mois en électronique embarquée.

Que ce soit à terre ou en mer, il est important de prendre conscience de son capitale de compétences et de bien identifier celles sur lesquelles vous souhaitez prendre appui. Enfin, il faut être conscient qu’il s’agit d’un secteur où respect et savoir vivre en groupe sont impératifs !

Gaëlle Geffroy

Chargée d'accompagnement et de Conseil en Evolution Professionnelle
Association La Touline